Techno /

Crypto Art, de quoi parle-t-on ?

La technologie blockchain, à l’origine des cryptomonnaies, permet désormais de “certifier” des œuvres 100% numériques qui se vendent à prix d’or, ouvrant la voie à un nouveau marché de l’Art. Si vous n’avez pas tout pigé à ces deux premières lignes, on vous explique tout sur le Crypto-Art.

Sachez-le, il est désormais possible de faire fortune avec une image jpg. Oui, oui, les mêmes que celles que vous utilisez pour illustrer l'annonce de votre vélo en vente sur le Bon Coin ou de ce Meme foireux que vous voulez partager avec vos collègues. C'est ce même type de fichier que Mike Winkelmann, alias Beeple a vendu en janvier dernier pour 69,3 millions de dollars. Le collage 100% numérique de 5000 de ses dessins publiés quotidiennement sur Instagram depuis 2007, intitulé Everydays : the first 5.000 days a en effet trouvé preneur au sein de la vénérable maison aux enchères Christie's, plus habituée à vendre des tableaux que des fichiers informatiques. C'était seulement la deuxième vente d'une œuvre d'art de l'artiste. Y'a pire pour débuter.

Comment une image numérique peut-elle avoir de la valeur ? Vous n'y comprenez rien ? C'est normal. On reprend.

Identité numérique infalsifiable

Sur Internet, n'importe quelle image, n'importe quel tweet, gif ou vidéo est enregistré, publié, supprimé, reposté ailleurs : bref, impossible ou presque de retrouver avec certitude la première publication d'un contenu ou son créateur. Difficile donc de vendre une image que vous pouvez retrouver en une recherche Google. Comme dans tout marché, ce qui est trouvable en abondance n'a aucune valeur. La valeur réside dans la rareté.
Et c'est là que la technologie intervient. Afin de garantir l'unicité d'une création, geeks, galeristes et artistes ont trouvé une parade : la blockchain. Si vous n'en avez jamais entendu parler, il s'agit d'une technologie de stockage et de transmission d'informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. En clair, c'est une base de données dans laquelle tous les échanges effectués par les utilisateurs sont accessibles à tous, permettant à chacun de vérifier la validité de la chaîne. Si quelqu'un se mettait en tête de modifier la base de données, il devrait obtenir l'aval de millions et millions d'utilisateurs. Autrement dit : la chaîne est infalsifiable.
Vous suivez toujours ? Sinon, heureusement il y a Thomas VDB pour vous expliquer ça :

Cartes en ligne et oeuvres numériques

C'est cette technologie qui a vu naître les crypto-monnaies, ces fameux Bitcoins, pour ne citer que la plus connue, dont vous entendez parler. Et c'est cette même technologie qui a permis l'émergence des NFT, qui nous intéressent aujourd'hui. Ces "Non Fongible Tokens" ou "Tokens non fongibles" en VF (fongibles veut dire remplaçable) permettent de certifier un fichier numérique, de lui attribuer un numéro d'identité infalsifiable si vous préférez. Et c'est ce qui permet de rendre une image jpg, un tweet ou une annonce le Bon Coin unique... Et accessoirement de la vendre à des dizaines de millions de dollars.
En quelques années, des plateformes telles que Rarible, Known Origin ou Nifty Gateway se sont créées. Vous pouvez y acheter des œuvres numériques créés par des artistes (dessinateurs, designers, photographes), mais aussi des cartes numériques à collectionner ou des tweets. Libre à vous de les collectionner ou de les revendre.
Bon, si vous souhaitez vous lancer en tant que créateur en revanche, comme sur le marché de l'Art traditionnel, mieux vaut avoir un petit peu de talent avant d'espérer faire fortune.
Mais qui sait, peut-être que ce dessin effectué sur Paint vaudra quelques millions de dollars dans quelques années ?